La valeur de l’argent, des cultures économiques controversées en Europe : Italie et Allemagne

Une discussion sur les cultures et performances macro-économiques italiennes et allemandes.

Villa Vigoni Éditeur | Verlag a publié le volume « La valeur de l’argent. Cultures économiques controversées en Europe : Italie et Allemagne», édité par Christiane Liermann Traniello (Secrétaire générale, Villa Vigoni), Thomas Mayer (Directeur fondateur, Institut de recherche Flossbach von Storch), Francesco Papadia (Fellow, Bruegel; Président du jury de sélection du Fonds hellénique de stabilité financière et Président de Prime Collateralised Securities) et Matteo Scotto (Research Fellow, Villa Vigoni), avec une préface de Jean-Claude Trichet (Président de la Banque centrale européenne entre 2003 et 2011).

Grâce à la collaboration avec des économistes et des décideurs de renom, la publication compare les cultures et performances macro-économiques italiennes et allemandes. Lorsque le système de Bretton Woods s’est effondré et que les monnaies ont perdu leur lien direct avec le dollar et leur lien indirect avec l’or, ces deux pays se sont lancés dans des politiques monétaires très différentes. Cette divergence s’est reflétée dans l’évolution des taux de change : la valeur d’un D-Mark est passée de 170 lires italiennes sous Bretton Woods à 990 lires italiennes au début de l’Union monétaire européenne : une dévaluation étonnante d’environ 85 % pour la lire ! Tout d’abord, le volume décrit les modèles économiques et, en particulier, monétaires allemand et italien, avec une attention particulière accordée aux institutions telles que la Deutsche Bundesbank et la Banca d’Italia, en analysant leur développement dans une perspective diachronique. Deuxièmement, ces paradigmes sont contextualisés dans un contexte européen plus large, ce qui est fondamental pour réfléchir aux scénarios futurs possibles. Comme le souligne Jean-Claude Trichet dans sa Préface, [the book] permet de mieux comprendre l’effort monétaire historique unique de l’euro pour trois raisons. Premièrement, il intègre les multiples angles de vision sur l’union monétaire offerts par d’éminents universitaires et des personnalités remarquables ayant participé activement à sa réalisation. Deuxièmement, il explore avec une grande pertinence les strates du projet historique, qu’elles soient monétaires, économiques, culturelles ou politiques. Enfin et surtout, en organisant un dialogue entre l’Allemagne et l’Italie, il explore deux composantes majeures du tissu de la zone euro.

L’essentiel à retenir du livre suggère que franchir « la fracture alpine », une formule résumant les divergences entre les approches macroéconomiques italiennes et allemandes et souvent le produit de malentendus au sein de l’Union européenne, est un processus complexe, mais réalisable, sinon même un partie intégrante de la future unité européenne.

Liste des contributeurs: Pierluigi Ciocca, Lorenzo Codogno, Fabio Colasanti, Federico Fubini, Daniel Gros, Otmar Issing, Harold James, Hans-Helmut Kotz, Ivo Maes, Klaus Masuch, Thomas Mayer, Stefano Micossi, Pier Carlo Padoan, Francesco Papadia, Lucio Pench, Tobias Piller, André Sapir, Gunther Schnabl, Ludger Schuknecht, Sabine Seeger, Giulio Tremonti, Gertrude Tumpel-Gugerell.

Vous pouvez également regarder la présentation de la présentation du livre par les auteurs lors de notre événement plus tôt cette année.

Vous pourriez également aimer...