Les prévisions du modèle DSGE de la Fed de New York – mars 2021 – Liberty Street Economics

Cet article présente une mise à jour des prévisions économiques générées par le modèle d’équilibre général stochastique dynamique (DSGE) de la Federal Reserve Bank de New York. Le modèle prévoit une croissance solide au cours des deux prochaines années, l’inflation sous-jacente augmentant lentement vers 2 %. L’incertitude concernant les prévisions de production et d’inflation reste importante.


Comme d’habitude, nous souhaitons rappeler à nos lecteurs que la prévision du modèle DSGE n’est pas une prévision officielle de la Fed de New York, mais seulement une contribution au processus de prévision global du personnel de recherche. Pour plus d’informations sur le modèle et les variables discutées ici, consultez notre Q&R sur le modèle DSGE.

Modifier le modèle pour la pandémie et le nouveau cadre de politique monétaire

Le principal moteur des prévisions du modèle à court et à moyen terme est la réponse de l’économie à la pandémie de COVID-19. Pour capturer les effets macroéconomiques massifs et abrupts du virus, ainsi que leur recul plus rapide par rapport à la dynamique du cycle économique standard, le modèle est complété par plusieurs chocs transitoires de demande et d’offre à partir de 2020 : T1 (la description du modèle sur la page GitHub couvre ces changements en détail). À partir de 2020 : T2, les chocs COVID-19 sont également en partie anticipés un trimestre plus tard. Cette anticipation rend compte du fait que peu de temps après le début de la crise, les attentes s’étaient ajustées pour tenir compte d’une pandémie persistante. Les écarts types de ces nouveaux chocs pandémiques transitoires sont tirés d’une distribution antérieure relativement peu informative, car le déclin de l’activité économique pourrait refléter des déficits de l’offre ou de la demande, ou des deux.

Une autre source clé d’incertitude sur l’évolution future de l’économie concerne la persistance des effets des chocs COVID-19. Pour saisir cette incertitude, nous considérons deux scénarios. Dans le scénario de référence, le rôle des chocs conjoncturels classiques au cours du premier semestre 2021 est limité. En conséquence, la baisse de l’activité s’explique en grande partie par les chocs pandémiques transitoires, entraînant un rebond plus rapide. Dans le scénario alternatif, les chocs du cycle économique standard les plus persistants sont plus importants. Le résultat est une prévision plus pessimiste à court et à moyen terme, qui capture certaines des cicatrices économiques potentiellement durables laissées par la pandémie. Ce scénario alternatif comporte également plus d’inflation, car il attribue certains de ces effets plus durables à une croissance plus faible de la productivité. Les deux scénarios sont combinés en utilisant des pondérations de 70 pour cent sur la ligne de base et de 30 pour cent sur l’alternative. Cette pondération est vaguement informée par la distribution de probabilité moyenne de la croissance du PIB réel d’une année sur l’autre en 2021 et 2022 de l’enquête de la Fed de Philadelphie sur les prévisionnistes professionnels (SPF) pour février.

À partir de 2020 :T4, nous supposons que la politique monétaire suit une nouvelle fonction de réaction, le ciblage de l’inflation moyenne (AIT), reflétant les changements dans la stratégie de politique monétaire du FOMC annoncés en août dernier. Les paramètres de la nouvelle règle sont tels que le taux directeur lève sa limite inférieure effective (ELB) en 2023, augmentant très progressivement par la suite. Lors de son introduction, nous supposons que la sensibilisation des agents à la nouvelle politique est partielle mais croissante au fil du temps. Plus précisément, les anticipations sont basées sur une combinaison convexe des anciennes et des nouvelles fonctions de réaction, le poids de ces dernières convergeant vers 1 sur six ans. Cette approche de modélisation capture le fait que les anticipations ne sont susceptibles de s’ajuster que progressivement à l’introduction de la nouvelle stratégie politique, en particulier avec le taux directeur bloqué à l’ELB, puisque les agents ne peuvent pas observer directement sa réaction aux développements macroéconomiques jusqu’au décollage.

Les prévisions du modèle de mars 2021 sont présentées dans le tableau ci-dessous, à côté de celles de décembre 2020, et représentées dans les graphiques suivants. Le modèle utilise des données macroéconomiques trimestrielles publiées jusqu’en 2020:T4, augmentées pour 2021:T1 avec les prévisions médianes de croissance du PIB réel et d’inflation de base du PCE à partir de la publication du SPF de février, ainsi que les rendements des titres du Trésor à 10 ans et des obligations d’entreprise Baa sur la base des moyennes 2021:T1 jusqu’au 25 février.

Comment les dernières prévisions se comparent-elles à celles de décembre ?

  • Les prévisions de croissance du PIB réel (T4/T4) sont de 4,7% en 2021, contre 6,3% en décembre. Cette différence reflète principalement une connaissance moindre de la nouvelle politique de l’ACI à court terme par rapport à ce qui était supposé en décembre, ce qui atténue les effets stimulants de la politique sur l’impact. Cependant, la notoriété est maintenant modélisée comme une augmentation des heures supplémentaires, alors qu’elle était constante en décembre. En conséquence, la politique monétaire est globalement plus expansionniste sur l’horizon de prévision, conduisant à une croissance plus forte en 2022 (4,9 contre 3,1%) et 2023 (3,5 contre 2,0%).
  • L’inflation sous-jacente devrait atteindre 1,4% en 2021, bien au-dessus des prévisions de décembre de 0,5%, reflétant en partie des lectures récentes plus solides. Cependant, l’inflation reste modérée pendant le reste de l’horizon de prévision, revenant à 2 % seulement en 2024. L’une des raisons de cette prévision d’inflation relativement faible est que la nouvelle stratégie politique a un impact limité sur les prix, même si elle donne un coup de fouet significatif à la l’économie, en raison d’une courbe de Phillips estimée très plate.
  • Les estimations du taux naturel réel et de son évolution future sont plus élevées qu’en décembre, reflétant des fondamentaux plus solides, le taux naturel devenant positif vers la fin de 2022.


Les prévisions du modèle DSGE de la Fed de New York – mars 2021

Les prévisions du modèle DSGE de la Fed de New York – mars 2021


Les prévisions du modèle DSGE de la Fed de New York – mars 2021


Les prévisions du modèle DSGE de la Fed de New York – mars 2021

Guillaume ChenWilliam Chen est analyste de recherche principal au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Marco Del NegroMarco Del Negro est vice-président du groupe Recherche et statistiques de la Banque.

Shlok GoyalShlok Goyal est analyste de recherche principal au sein du Groupe de recherche et de statistiques de la Banque.

Alissa Johnson est analyste de recherche principale au sein du groupe Recherche et statistiques de la Banque.

Andrea TambalottiAndrea Tambalotti est vice-président du groupe Recherche et statistiques de la Banque.

Comment citer ce post :

William Chen, Marco Del Negro, Shlok Goyal, Alissa Johnson et Andrea Tambalotti, « The New York Fed DSGE Model Forecast—Mars 2021 », Federal Reserve Bank of New York Économie de la rue de la liberté, 31 mars 2021, https://libertystreeteconomics.newyorkfed.org/2021/03/the-new-york-fed-dsge-model-forecastmarch-2021.html.


Avertissement

Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Federal Reserve Bank de New York ou du Federal Reserve System. Toute erreur ou omission est de la responsabilité des auteurs.

Vous pourriez également aimer...