Les traders FX tombent amoureux du huard alors que le Canada se rend aux urnes

Contenu de l’article

(Bloomberg) — Les cambistes se sentent un peu nerveux au sujet du Canada.

Alors que les électeurs se préparent à rendre leur verdict sur le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau aux urnes lundi, le marché adopte une vision nettement négative de la monnaie locale, malgré le récent dynamisme des prix des ressources. En effet, la hausse des coûts mondiaux des matières premières pourrait même devenir un vent contraire pour l’économie du pays plutôt qu’un vent arrière, car les inquiétudes concernant l’inflation domestique occupent le devant de la scène pour les citoyens, les politiciens et les banquiers centraux.

Publicité

Contenu de l’article

Le huard, comme il est affectueusement surnommé en raison de l’oiseau qui orne les pièces de monnaie du Canada, a été l’une des devises les moins performantes des marchés développés au cours de la seconde moitié de cette année. Après avoir dépassé tous ses homologues du Groupe des 10 au cours des six premiers mois de 2021, il a chuté de 2,9% depuis le 30 juin jusqu’à la clôture de la semaine dernière. Et l’activité au sein des marchés dérivés suggère qu’il pourrait y avoir plus de douleur à venir pour la devise alors même que la Banque du Canada commence à ouvrir la voie à un resserrement de la politique monétaire.

« Il est devenu assez clair au cours des deux dernières semaines que le dollar canadien ne réagit tout simplement pas à certaines des impulsions fondamentales positives de la manière à laquelle nous nous attendions », a déclaré Shaun Osborne, stratège en chef des devises à la Banque Scotia. « Je soupçonne que le CAD peut continuer à lutter un peu. »

Publicité

Contenu de l’article

Sur le marché des options, le droit de vendre le dollar canadien contre le billet vert en trois mois a augmenté en coût par rapport au prix des droits d’achat. Les soi-disant inversions de risque, qui comparent les coûts de ces options de vente et d’achat, ont atteint ce mois-ci des niveaux sans précédent depuis juin 2020, suggérant un intérêt accru pour la couverture contre les pertes en dollars canadiens.

Les données de CME Group montrent que les traders ont construit un portefeuille notionnel de plus de 50 milliards de dollars d’options de vente à faible delta en dollars canadiens à des prix d’exercice de 1,33 $ CA par billet vert, un autre signe d’inquiétude quant à l’affaiblissement du huard par rapport aux niveaux actuels de près de 1,28 $ CA. Les mesures de volatilité implicite à un et trois mois, quant à elles, ont augmenté ces dernières semaines, suggérant que certains investisseurs se préparent à une augmentation de l’activité.

Publicité

Contenu de l’article

Les données de positionnement de la Commodity Futures Trading Commission montrent également un recul de la tendance haussière du dollar canadien. Alors que les spéculateurs maintiennent une position longue nette, celle-ci a considérablement baissé par rapport à son récent sommet de la mi-juillet, tandis que les gestionnaires d’actifs détiennent également des positions haussières plus petites qu’il y a quelques mois.

Tout cela survient alors même que l’indice Bloomberg Commodity Index a augmenté de 3,2% depuis le 30 juin jusqu’à la semaine dernière, bien que le pétrole brut soit environ 2% inférieur.

Les sondages d’opinion au Canada ont indiqué que les libéraux de Trudeau sont dans une lutte acharnée pour rester au pouvoir, malgré les promesses d’augmenter les dépenses. Bien que les élections n’aient généralement pas été une source d’inquiétude majeure pour les investisseurs en ce qui concerne le Canada, il existe un certain nombre d’éléments dans la bataille de cette année entre Trudeau et la challenger conservatrice Erin O’Toole qui pourraient potentiellement influencer les marchés.

Publicité

Contenu de l’article

Selon l’analyste de la Banque Toronto-Dominion Mark McCormick, le plus grand risque sera si un gouvernement minoritaire est formé et est incapable de faire avancer les décisions politiques, ce qui pourrait déclencher une autre élection dans un avenir pas si lointain. Cela pourrait conduire à une volatilité élevée à court terme, a-t-il déclaré.

Trudeau détient un léger avantage électoral, avec l’aide de ses opposants

Un autre impact potentiel majeur concerne le contexte de la politique monétaire. Le mandat de ciblage de l’inflation sur cinq ans de la banque centrale doit être renouvelé cette année et il est possible que le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, demande plus de flexibilité, de sorte que celui qui est au pouvoir pourrait en détenir la clé.

Cible d’inflation

O’Toole a déclaré qu’il était en faveur de l’objectif d’inflation à 2% alors que les gens ordinaires ont du mal à joindre les deux bouts. Trudeau a déclaré que les familles, et non la politique monétaire, seraient la principale priorité économique de son gouvernement et qu’il souhaitait continuer avec des mesures de relance accrues.

Publicité

Contenu de l’article

De nouvelles données publiées mercredi ont montré que les hausses des prix à la consommation en glissement annuel se sont accélérées à 4,1 % en août, l’inflation la plus rapide depuis 2003 et la cinquième lecture consécutive au-dessus du plafond de 3 % de la Banque du Canada. Ce paysage d’accélération de l’inflation sera, bien sûr, être critique pour la politique monétaire : le patron de la BOC a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il avait l’intention de réduire les achats d’obligations à mesure que l’économie se redresse, laissant ouverte la possibilité de taux plus élevés si les coûts à la consommation continuent d’augmenter. Mais cela aura également potentiellement un effet sur le résultat des élections lui-même, les types de politique budgétaire qui émergeront dans son sillage et la décision éventuelle entourant le mandat du BOC.

« Les résultats des élections peuvent avoir un impact sur la politique budgétaire qui se répercute sur la politique monétaire ou vice-versa », a déclaré Tom Nakamura, gestionnaire de portefeuille chez AGF Management. « Il y a une certaine inquiétude au sujet des élections. »

Publicité

Contenu de l’article

Au-dessus de tout cela plane le spectre de la décision de politique monétaire américaine ce mercredi. Tout signal notable de la Réserve fédérale concernant son calendrier potentiel de réduction progressive des achats d’actifs ou de hausse des taux d’intérêt est susceptible d’avoir un impact significatif sur les actifs à risque dans le monde, y compris le dollar canadien et le complexe des matières premières.

« Il est clair que la Fed va entamer le processus de réduction cette année et en même temps, nous avons atteint le pic du bellicisme BOC », a déclaré McCormick. « Le principal moteur du huard est maintenant les perspectives du dollar et le sentiment de risque mondial. »

© 2021 Bloomberg LP

Bloomberg.com

Publicité

Reportage approfondi sur l’économie de l’innovation de The Logic, présenté en partenariat avec le Financial Post.

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Vous pourriez également aimer...