Dans l’escalade de l’accord sur les sous-marins, la France rappelle des émissaires des États-Unis et de l’Australie

Contenu de l’article

PARIS/CANBERRA/WASHINGTON — La France a plongé vendredi dans une crise diplomatique sans précédent avec les États-Unis et l’Australie après avoir rappelé ses ambassadeurs des deux pays au sujet d’un accord de sécurité trilatéral qui a fait couler un contrat de sous-marin de conception française de 40 milliards de dollars.

La rare décision prise par le président français Emmanuel Macron a été prise en raison de la gravité de l’affaire, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

Jeudi, l’Australie a annoncé qu’elle annulerait l’accord de 40 milliards de dollars avec le groupe naval français pour construire une flotte de sous-marins conventionnels et construirait à la place au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec la technologie américaine et britannique après avoir conclu un partenariat de sécurité trilatéral. La France a qualifié cela de coup de poignard dans le dos.

Publicité

Contenu de l’article

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré que les États-Unis regrettaient la décision française et que Washington avait été en contact étroit avec la France à ce sujet. Le responsable a déclaré que les États-Unis s’engageraient dans les prochains jours à résoudre les différends avec la France.

Un porte-parole du Premier ministre australien a refusé de commenter l’affaire.

Une source diplomatique en France a déclaré que c’était la première fois que Paris rappelait ainsi ses propres ambassadeurs. La déclaration du ministère des Affaires étrangères ne faisait aucune mention de la Grande-Bretagne, mais la source diplomatique a déclaré que la France considérait que la Grande-Bretagne avait rejoint l’accord de manière opportuniste.

« Nous n’avons pas besoin de tenir des consultations avec notre ambassadeur (britannique) pour savoir quoi en penser ou tirer des conclusions », a ajouté la source.

Publicité

Contenu de l’article

Le Drian a déclaré que l’accord était inacceptable.

« L’abandon du projet de sous-marin (…) et l’annonce d’un nouveau partenariat avec les Etats-Unis visant à lancer de nouvelles études pour une future éventuelle coopération en matière de propulsion nucléaire est un comportement inacceptable entre alliés », a-t-il déclaré vendredi dans un communiqué.

« Les conséquences touchent la conception même que nous avons des alliances, nos partenariats et l’importance de l’Indo-Pacifique pour l’Europe.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a tenté jeudi de calmer le tollé français, qualifiant la France de partenaire incontournable dans l’Indo-Pacifique.

Plus tôt vendredi, le Premier ministre australien Scott Morrison a rejeté les critiques françaises selon lesquelles il n’avait pas été averti du nouvel accord, et a déclaré qu’il avait évoqué la possibilité lors de discussions avec le président français que l’Australie annule l’accord sur les sous-marins de 2016 avec une société française.

Publicité

Contenu de l’article

Morrison a reconnu les dommages causés aux relations entre l’Australie et la France, mais a insisté sur le fait qu’il avait dit à Macron en juin que l’Australie avait révisé sa pensée.

« J’ai été très clair, nous avons eu un long dîner là-bas à Paris, au sujet de nos préoccupations très importantes concernant les capacités des sous-marins conventionnels à faire face au nouvel environnement stratégique auquel nous sommes confrontés », a-t-il déclaré à la radio 5aa.

« J’ai dit très clairement qu’il s’agissait d’une question sur laquelle l’Australie devrait prendre une décision dans notre intérêt national. »

L’annonce française est intervenue alors que la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, s’exprimait devant le groupe de réflexion de l’American Enterprise Institute à Washington. Elle n’a donné aucun signe qu’elle en était consciente.

Se référant à l’accord sur les sous-marins, Payne a déclaré que de telles décisions commerciales et stratégiques étaient difficiles à gérer, mais, répondant à une question, elle a déclaré qu’il ne faisait « aucun doute » que la France restait un allié précieux.

Publicité

Contenu de l’article

« Je comprends parfaitement la déception », a-t-elle déclaré.

« Ma tâche est de travailler aussi dur que possible … pour m’assurer qu’ils comprennent la valeur que nous accordons au rôle qu’ils jouent et comprennent la valeur que nous accordons à la relation bilatérale et au travail que nous voulons continuer à faire ensemble . « 

Les liens tendus entre les alliés de longue date surviennent alors que les États-Unis et leurs alliés recherchent un soutien supplémentaire en Asie et dans le Pacifique, étant donné l’inquiétude suscitée par l’influence croissante d’une Chine plus affirmée.

La France est sur le point de prendre la présidence de l’Union européenne, qui a publié jeudi sa stratégie pour l’Indo-Pacifique, s’engageant à rechercher un accord commercial avec Taïwan et à déployer davantage de navires pour maintenir les routes maritimes ouvertes.

Pierre Morcos, chercheur invité au Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, a qualifié la décision de la France d' »historique ».

« Des paroles rassurantes telles que celles entendues hier par le secrétaire Blinken ne suffisent pas pour Paris – surtout après que les autorités françaises ont appris que cet accord était en préparation depuis des mois », a-t-il déclaré. (Reportage de Colin Packham, John Irish et David Brunnstrom ; Montage par Robert Birsel, David Gregorio et Sonya Hepinstall)

Publicité

Reportage approfondi sur l’économie de l’innovation de The Logic, présenté en partenariat avec le Financial Post.

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Vous pourriez également aimer...