L’arrestation du cardinal Zen marque un nouveau creux à Hong Kong

L’arrestation cette semaine du cardinal Joseph Zen, âgé de 90 ans, marque un nouveau creux dans la destruction de la démocratie de Hong Kong par la Chine. Le cardinal Zen, évêque catholique romain de Hong Kong de 2002 à 2009, a été arrêté avec d’autres militants de premier plan, dont la législatrice Margaret Ng et la pop star et militante des droits des homosexuels Denise Ho. Leur crime présumé ? Participation à une organisation qui a fourni une caution et des conseils juridiques aux personnes arrêtées lors des manifestations pro-démocratie de 2019.

La stratégie de la Chine pour interdire la dissidence a évolué depuis la répression brutale des manifestants sur la place Tiananmen à Pékin il y a 33 ans. Il ne repose plus sur des chars ; à Hong Kong, il étouffe silencieusement l’opposition.

Hong Kong n’est plus une démocratie, parce que les gens ont peur. Ils ont tellement peur que beaucoup partent pour le Royaume-Uni, l’Australie, Taïwan et ailleurs. Plus de 200 000 personnes, soit environ 3 % de la population, sont parties depuis le début de 2020. S’ils restent, ils se mettent en sourdine.

Les individus et les organisations s’effondrent parce que ceux qui ne se rendent pas sont en prison. La Confédération des syndicats pro-démocratie a fermé ses portes l’année dernière après avoir signalé qu’elle serait inculpée en vertu d’une loi vague et expansive sur la sécurité nationale. Les organisateurs des veillées annuelles du 4 juin commémorant les tueries de Tiananmen ont été dissous. Amnesty International s’est retirée de Hong Kong. Même le Club des correspondants étrangers a annulé ses prix annuels des droits de l’homme.

Les organisations qui ne comprennent pas le message sont punies. L’Union générale des orthophonistes de Hong Kong a vu sa licence d’exploitation révoquée l’année dernière après que cinq de ses membres aient été accusés de sédition, à cause d’un livre illustré pour enfants. L’avocat pro-démocratie Paul Harris, qui dirigeait l’Association du barreau de Hong Kong, a fui le territoire en mars après avoir été interrogé par la police de la loi sur la sécurité nationale.

Les journaux d’opposition ont été fermés par le gouvernement ou ont fermé par crainte pour la sécurité du personnel. Apple Daily, pro-démocratie – j’étais directeur de sa société mère – a vu son compte bancaire gelé et sept de ses employés emprisonnés. La plupart d’entre eux n’ont pas été jugés, encore moins condamnés. Depuis près d’un an, mes collègues sont détenus en prison sans caution, en violation des propres lois de Hong Kong et des protections internationales.

Emprisonner des gens sans procès – en particulier au milieu de la pandémie – et les soumettre à un harcèlement juridique long et coûteux est moins dramatique et définitif que d’envoyer des chars, mais c’est peut-être plus efficace car le monde cesse progressivement d’y prêter attention. Des institutions importantes s’effondrent jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le gouvernement.

Mais l’inattention serait une grave erreur. La Chine veut que le monde croie que la résistance est futile et que sa vision d’un avenir autoritaire est imparable. Il a juré de reprendre Taiwan, un pays indépendant avec son propre gouvernement, même si cela signifie la guerre. Ignorer la répression du dirigeant chinois Xi Jinping à Hong Kong est une invitation pour lui à agir sur Taïwan démocratique, avec des conséquences horribles pour le peuple taïwanais et l’économie mondiale.

M. Xi teste les États-Unis et d’autres sociétés démocratiques. Il a violé les traités internationaux et la propre constitution de Hong Kong en privant le territoire de la liberté. M. Xi a menti lorsqu’il a promis au président Obama, lors d’une réunion à la Maison Blanche en 2015, qu’il ne militariserait pas la mer de Chine méridionale. La Chine jette les bases d’une présence navale au Cambodge, au Sri Lanka et aux Îles Salomon alors qu’elle étend sa portée dans le Pacifique et au-delà.

Hong Kong a été la première ville libre et prospère détruite par un État totalitaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’est là que les valeurs d’une société ouverte sont entrées en conflit avec une société fermée et se sont perdues.

Hong Kong n’a plus le droit d’être considéré comme un membre unique de la communauté internationale. Le territoire devrait être dépouillé de son statut privilégié dans les groupes économiques, commerciaux, sanitaires et sportifs, où il bénéficie de sa propre appartenance, distincte de celle de la Chine. Ces organismes comprennent le forum de coopération économique Asie-Pacifique, l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale du commerce et le Comité international olympique.

Pékin traite Hong Kong comme une région périphérique gênante qu’il fallait écraser. Le monde doit reconnaître cette dure réalité.

M. Clifford est président du Comité pour la liberté à Hong Kong et auteur de « Today Hong Kong, Tomorrow the World : What China’s Crackdown Reveals About Its Plans to End Freedom Everywhere ».

Vladimir Poutine attribue sa guerre en Ukraine à un assaut planifié contre la Russie mené par des néonazis soutenus par les États-Unis, malgré les preuves que Poutine « reflète maintenant le fascisme et la tyrannie d’il y a 77 ans ». Images : Shutterstock/Reuters/Zuma Press Composite : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Vous pourriez également aimer...