Le plus grand ETF sur les actions pétrolières voit les vendeurs à découvert dénouer les paris après la déroute

Les gestionnaires de fonds ont annulé les paris contre le plus grand fonds négocié en bourse axé sur les actions des sociétés pétrolières, signalant la spéculation selon laquelle le prix du brut atteint au moins temporairement un creux après avoir fortement chuté depuis le mois dernier.

Contenu de l’article

(Bloomberg) – Les gestionnaires de fonds ont annulé les paris contre le plus grand fonds négocié en bourse axé sur les actions des sociétés pétrolières, signalant la spéculation selon laquelle le prix du brut atteint au moins temporairement un creux après avoir fortement chuté depuis le mois dernier.

Contenu de l’article

Les vendeurs à découvert se sont empilés sur le fonds Energy Select Sector SPDR de 33 milliards de dollars (ticker XLE), le plus grand ETF axé sur les actions énergétiques américaines à grande capitalisation, car il a augmenté avec le prix du pétrole. Mais après l’inversion du rallye énergétique, offrant des bénéfices à ceux qui parient contre l’ETF, les traders ont clôturé leurs positions, réduisant le nombre d’actions vendues à découvert de 14 % au cours des 30 derniers jours, selon les données compilées par S3 Partners.

« Les vendeurs à découvert d’ETF réduisent activement leur exposition à découvert – recherchant peut-être un creux sur le marché et supprimant certains de leurs paris à la baisse », a déclaré Ihor Dusaniwsky, responsable de l’analyse prédictive chez S3.

Les prix du pétrole ont chuté de plus de 20 % depuis la mi-juin pour atteindre environ 95 dollars le baril au milieu des spéculations croissantes selon lesquelles une récession, des fermetures de covid en Chine et des réductions de consommation face aux prix élevés de l’essence pourraient nuire à la demande. Les investisseurs ont retiré 1,7 milliard de dollars des fonds énergétiques depuis janvier.

Contenu de l’article

Mais certains gestionnaires de fonds affirment que les ETF basés sur l’énergie ressemblent désormais à de bonnes affaires, citant le marché tendu du pétrole et du gaz, les bénéfices élevés des producteurs et l’optimisme croissant selon lequel toute récession américaine sera peu profonde. XLE est maintenant en baisse de plus de 20 % par rapport à son pic de juin.

« Les investisseurs bloquaient les bénéfices, mais pour certains, il y avait des inquiétudes quant à une croissance économique plus faible », a déclaré Aniket Ullal, responsable des données et de l’analyse chez CFRA Research. « Alors que nous aurons plus de clarté sur la réouverture de la Chine et le rythme de la croissance économique mondiale, les investisseurs bénéficieront d’un meilleur soutien des prix pour les ETF pétroliers et énergétiques. »

Mais il y a encore beaucoup d’incertitude, ce qui conduit à des appels extrêmement divergents sur les prix mondiaux du pétrole.

Ed Morse, responsable mondial de la recherche sur les matières premières chez Citigroup Inc., a déclaré que les ralentissements économiques mondiaux et la croissance robuste de l’offre signifient que les prix du brut évoluent « plus vers 50 dollars au fil du temps que 150 dollars, en l’absence d’interventions des producteurs ». Au début du mois, les analystes de JPMorgan Chase & Co. ont déclaré que le pétrole pourrait atteindre 380 dollars si les sanctions américaines et européennes concernant la guerre en Ukraine incitaient la Russie à infliger des réductions de production en représailles.

Le brut oscillant toujours autour de 100 dollars, les ETF contenant des actions pétrolières semblent être de bons paris, a déclaré Mark Stoeckle, directeur général d’Adams Funds, qui gère le Adams Natural Resources Fund.

« A 90 dollars le baril, les sociétés énergétiques impriment de l’argent et il est impossible de trouver un secteur avec des flux de trésorerie disponibles plus élevés », a-t-il déclaré. « La grande sortie est un exemple parfait montrant que les gens n’investissaient pas, ils échangeaient. »

Vous pourriez également aimer...