Les dommages fiscaux mondiaux – WSJ

La secrétaire au Trésor Janet Yellen s’exprime lors d’une réunion avec des chefs d’entreprise et des PDG sur la nécessité de s’attaquer à la limite de la dette dans l’auditorium sud de la Maison Blanche le 6 octobre.


Photo:

nicholas kamm/Agence France-Presse/Getty Images

Le lobby des impôts élevés a obtenu, pensent-ils, l’accord qu’il souhaitait avec ferveur vendredi lorsque les responsables de 136 pays ont adopté de nouvelles règles d’imposition des sociétés mondiales. L’attention se porte maintenant sur les gouvernements nationaux qui sont responsables de la mise en œuvre de cet accord, et le Congrès américain en particulier devrait comprendre dans quoi il est entraîné.

Les contours de l’accord suivent les versions antérieures élaborées cette année par les ministres des Finances du Groupe des Sept, puis par environ 130 gouvernements via l’Organisation de coopération et de développement économiques. Le plan se compose de deux piliers. Le premier est une refonte majeure des règles centenaires d’imposition des grandes entreprises, visant en particulier les entreprises technologiques. Le second est un nouveau taux d’imposition minimum mondial des sociétés de 15 %, censé limiter la concurrence entre les gouvernements en matière de politique fiscale.

Un accord est possible parce que l’administration Biden a rompu un consensus bipartite de longue date à Washington selon lequel un tel accord serait mauvais pour les entreprises américaines. Les démocrates veulent imposer des impôts américains beaucoup plus élevés sur les bénéfices des entreprises américaines dans le pays et à l’étranger, et ils pensent que la pilule sera plus facile à imposer si les législateurs pensent que d’autres pays appliquent leurs propres augmentations d’impôts. La déclaration de la secrétaire au Trésor Janet Yellen claironnant l’accord de l’OCDE comprenait un appel au Congrès pour qu’il adopte ses augmentations d’impôts « rapidement » maintenant qu’un pacte mondial est en place.

Avant de suivre ce mauvais conseil, les législateurs voudront peut-être savoir comment cet accord mondial a franchi la ligne d’arrivée. Résumé rapide : D’autres gouvernements ont bloqué le taux d’imposition minimum le plus bas possible, puis ont essayé de retarder la mise en œuvre complète aussi longtemps que possible.

L’Irlande en est un exemple. Le Tigre celtique n’a pas pu résister à l’immense pression de ses voisins et des États-Unis pour qu’ils abandonnent son taux d’imposition des sociétés de 12,5 % et a accédé cette semaine à la demande de l’OCDE de 15 %. Mais il a insisté pour que le taux soit un plafond plutôt qu’un plancher. Les propositions de l’OCDE au cours de l’été parlaient d’un taux « d’au moins 15 % » et, à la demande de l’Irlande (et de la Suisse), cet « au moins » a maintenant disparu.

Dublin a également obtenu un engagement distinct selon lequel l’Union européenne, dont l’Irlande est membre, n’étendra pas ses règles fiscales au-delà de l’accord de l’OCDE lorsque Bruxelles légifèrera pour mettre en œuvre le pacte mondial. Cela garantit que Dublin peut conserver son taux d’imposition de 12,5% pour les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur au seuil de 750 millions d’euros de l’OCDE et empêche la France et l’Allemagne d’utiliser l’accord de l’OCDE comme excuse pour augmenter les impôts européens.

Le message de tout cela au Congrès est que le reste du monde ne permettra pas facilement à un taux d’imposition minimum mondial de dériver vers le haut pour correspondre à un taux américain non compétitif, peu importe ce que Mme Yellen espère.

Il y a eu d’autres changements pour obtenir un accord final. La Suisse a insisté sur des exonérations plus généreuses pour les coûts salariaux et les investissements fixes que dans la proposition initiale de l’OCDE. La Hongrie a exigé une élimination plus longue de ces exonérations (10 ans et non cinq), et l’Estonie n’a signé qu’après avoir déterminé que l’accord n’augmenterait pas les impôts des entreprises estoniennes.

Même après ce marchandage, les pays participant au processus de l’OCDE sont à des années de mettre en œuvre tout cela. Une fois qu’ils auront approuvé la langue finale d’un pacte, chacun des 136 gouvernements devra réviser sa législation fiscale nationale conformément à l’accord mondial. Ne présumez pas qu’ils finiront tous par le faire. La taxe technologique qui l’accompagne nécessite également des modifications des conventions fiscales bilatérales qui pourraient prendre des années à être ratifiées.

Mme Yellen et les progressistes espèrent que le stratagème fiscal mondial de l’OCDE fournira une couverture politique pour imposer des impôts beaucoup plus élevés aux États-Unis Maintenant, Capitol Hill est averti : il y a une limite à ce que les autres gouvernements entraveront leurs entreprises avec des impôts plus élevés. Les démocrates veulent augmenter les impôts aux États-Unis maintenant, tandis que les augmentations d’impôts à l’étranger sont dans des années.

Le projet fiscal mondial est une mauvaise politique qui réduira la concurrence fiscale qui a aidé des pays comme l’Irlande à attirer plus d’investissements et à croître plus rapidement. Il sert les intérêts de la classe politique, pas les travailleurs. Mais le Congrès ne devrait pas aggraver les dommages en rendant les taxes américaines encore plus lourdes que ne le fait la taxe mondiale malavisée de Mme Yellen.

Wonder Land : « Nous avons trois choses à faire », déclare Joe Biden. « Le plafond de la dette, la résolution continue et les deux lois. Nous le faisons, le pays sera en pleine forme. » Images : Disney via Everett Collection/Getty Images Composite : Mark Kelly

Copyright © 2021 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Paru dans l’édition imprimée du 9 octobre 2021.

Vous pourriez également aimer...