Un atterrissage en douceur probable alors que le Canada a créé 40 000 emplois en août

Un atterrissage en douceur probable alors que le Canada a créé 40 000 emplois en août

Un examen du rapport sur l’emploi du mois d’août révèle des signes évidents d’un atterrissage en douceur.

Le Canada a créé 40 000 emplois, dépassant les attentes, et compensé à plusieurs reprises la modeste perte de juillet. Le taux de chômage est resté inchangé à 5,5 %, selon les données publiées vendredi par Statistique Canada.

L’immigration a joué un rôle essentiel dans le maintien de la vigueur de l’économie, la croissance de l’emploi étant tirée par la croissance démographique.

La croissance des salaires a atteint 4,9 %, un gain à peine supérieur au gain de 5 % du mois précédent et clairement encore trop élevée pour la Banque du Canada. La croissance des salaires a désormais dépassé l’inflation, ce qui a entraîné une augmentation du pouvoir d’achat des ménages.

Pourtant, un tiers des travailleurs qui occupaient plusieurs emplois le faisaient pour subvenir à leurs besoins essentiels. L’histoire de deux groupes de travailleurs émerge pour rappeler sombrement que même dans un atterrissage en douceur, la crise du coût de la vie ne doit pas être ignorée.

La Banque surveillera, entre autres données, la croissance des salaires et du chômage au cours des prochains mois afin de déterminer si l’économie ralentit suffisamment, mais un taux maximum de 5 % reste le résultat le plus probable.

Les données

La croissance de l’emploi a été menée par un gain impressionnant de 52 100 dans les industries des services professionnels, scientifiques et techniques, ce qui témoigne de la force du secteur des services.

La construction a créé 33 000 emplois, et toute croissance dans le secteur de la construction est la bienvenue compte tenu de la grave pénurie de logements.

La perte la plus importante a été enregistrée dans les services d’enseignement, qui ont perdu 44 200 emplois. Une partie de cette perte pourrait être inversée en septembre, lorsque l’école reprendra la saison.

Le secteur manufacturier a également perdu 29 500 emplois, ce qui indique qu’un autre secteur connaît un ralentissement.

L’emploi a augmenté tant chez les hommes (33 000) que chez les femmes (21 000) du principal groupe d’âge actif, tandis que l’emploi a diminué chez les travailleurs plus âgés, vraisemblablement à mesure que davantage de baby-boomers prenaient leur retraite.

Pour plus d’informations économiques, veuillez visiter notre site Web RSM Canada.

Les gains d’emploi ont été dépassés par la croissance démographique, le taux d’emploi ayant légèrement diminué de 0,1 %. Dans les mois à venir, à mesure que les embauches ralentissent, la croissance démographique pourrait continuer à dépasser la croissance de l’emploi, entraînant une augmentation du taux de chômage.

Malgré ces gains, il existe des signes d’un ralentissement de la demande de main-d’œuvre. L’emploi à temps partiel involontaire est passé de 17,2 % en juillet à 18,9 % en août, et la hausse est encore plus prononcée chez les jeunes. Cela indique que certains travailleurs plus jeunes auraient aimé trouver un emploi à temps plein, mais n’en ont pas été capables ; ils ont donc dû travailler à temps partiel.

En outre, les changements d’emploi ont échoué et les travailleurs pourraient avoir plus de difficultés à trouver un nouvel emploi que l’année dernière, au plus fort du Grand Remaniement.

Les plats à emporter

Dans les mois à venir, les embauches pourraient ralentir car les entreprises ont du mal à emprunter dans un environnement de taux d’intérêt élevés. Cela dit, la croissance démographique due à l’immigration signifie que l’emploi continuera probablement de croître. L’économie semble reposer sur des bases solides et les employeurs conserveront les travailleurs dont ils disposent.

Vous pourriez également aimer...