une évaluation des propositions énergétiques

une évaluation des propositions énergétiques

Le rapport très attendu d'Enrico Letta fournit une évaluation complète du marché unique de l'Union européenne et contient un ensemble important de propositions politiques concrètes pour son développement futur. Parallèlement au prochain rapport de Mario Draghi sur la compétitivité de l'UE, les propositions de Letta pourraient avoir un impact substantiel sur l'agenda stratégique de l'UE pour 2024-2029.

Selon les mots de Letta, « le manque d'intégration dans les secteurs de la finance, de l'énergie et des communications électroniques est l'une des principales raisons du déclin de la compétitivité de l'Europe« . Le rapport explore les domaines d'intégration visant à renforcer la position de l'UE dans un ordre mondial en évolution rapide. Il considère que le marché unique peut être « Le meilleur atout de l'Europe pour assurer sa réussite dans un nouvel ordre mondial« .

Letta croit que «transition équitable, verte et numérique» pourrait être un catalyseur pour une nouvelle, véritable européen marché unique et accorde une attention particulière aux domaines de l'union de l'énergie qui restent mal intégrés. Même si l’Europe a développé un marché d’échange d’énergie qui fonctionne bien, les signaux d’investissement restent largement à la demande des gouvernements nationaux. Cette situation est problématique car elle ne parvient pas à utiliser efficacement l'un des meilleurs atouts énergétiques de l'Europe : un réseau énergétique à l'échelle du continent. La proposition de Letta concernant des enchères régionales d'énergies renouvelables permettant une concurrence entre les entreprises et les sites au-delà des frontières est la bienvenue. Cette idée devrait être étendue aux solutions de stockage et de flexibilité, où le projet allemand de subventionner les usines d'hydrogène nationales montre que les gouvernements nationaux agissent seuls.

Les progrès en matière de connexion des marchés nationaux de l’électricité sont trop lents. Les signes avant-coureurs sont là aujourd’hui et ne feront que croître à mesure que de plus en plus de productions renouvelables intermittentes seront ajoutées aux réseaux. Une intégration plus approfondie du réseau réduit les coûts du système en réduisant la capacité des énergies renouvelables et des solutions de stockage qui doivent être déployées. Letta avance un argument économique solide en faveur de fonds européens plus importants pour financer des projets transfrontaliers.

La proposition la plus novatrice consiste pour l'UE à créer un « Agence de fourniture d'énergie propre » d'ici 2027. L'idée est introduite dans une section axée sur la nécessité de « ajouter de la vitesse et de la simplicité« . Un rôle clé de l'agence est d'agir comme un « guichet unique » pour les entreprises, en fournissant des conseils personnalisés sur les processus d'autorisation, de certification et de financement. Les acteurs du secteur se plaignent depuis longtemps de la complexité et de la lenteur perçue des demandes européennes d'autorisation et de financement. La Commission européenne fait pression en faveur de réformes en matière d'autorisation et de nouveaux progrès sont importants.

Letta pense que l'agence devrait être chargée de superviser une série de fonds européens, notamment la Banque d'hydrogène, des projets pilotes de planification des technologies propres émergentes et des subventions pour des projets d'infrastructures transfrontaliers et des programmes d'incitation pour le déploiement à grande échelle de technologies propres. Cette dernière fait actuellement cruellement défaut au niveau européen et le rapport propose une «Fonds de déploiement des énergies propres» pour combler cette lacune. L’objectif de l’agence devrait être de permettre et d’encourager la coopération entre les pays de l’UE en matière d’investissements conjoints efficaces dans le système énergétique. Le fonds devrait subventionner des projets dont les bénéfices sont bien quantifiés et qui transcendent les frontières.

Les opinions divergent quant à la structure potentielle d'une telle agence et à la question de savoir si les compétences pourraient être couvertes par le réseau existant d'institutions et d'agences, et cela constituera en fin de compte un choix politique.

Des données énergétiques harmonisées dans toute l’UE sont essentielles au fonctionnement d’une éventuelle future agence de l’énergie. L’Europe s’engage dans une révolution industrielle verte dans laquelle des milliers de milliards d’euros seront dépensés, dont au moins des dizaines de milliards seront fournis grâce à des subventions publiques. Cependant, les décideurs politiques restent dans l’ignorance en ce qui concerne les données énergétiques et industrielles essentielles à la prise de décisions intelligentes.

L’agence travaillerait probablement vers les objectifs du Net Zero Industry Act pour la fabrication de technologies propres. Mais des questions demeurent. Quelle est la capacité de production actuelle de l’UE dans les chaînes de valeur solaire et éolienne ? Les ménages européens seront soumis dans deux ans à une taxe carbone qui augmentera les prix et encouragera le changement – ​​mais combien de pompes à chaleur les ménages européens ont-ils installés l’année dernière en prévision de cela ? Les gouvernements européens souhaitent protéger les industries à forte intensité énergétique grâce à des mesures telles que le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières et des subventions directes. but Comment cela s’applique-t-il à différents secteurs ?

L'ampleur et l'ampleur de la pénurie de données énergétiques en Europe ont été révélées par la crise énergétique de 2022-2023. Les questions techniques sur la capacité de l'UE à survivre sans le gaz naturel et le pétrole russes ont été assombries par l'absence de données sur les volumes et les voies par lesquelles les combustibles fossiles russes entraient dans l'UE.

Les propositions énergétiques de Letta sont convaincantes et doivent être mises en œuvre pour garantir la force et l'intégrité continues de l'union de l'énergie. Parallèlement aux progrès dans l'intégration du marché de l'énergie, des améliorations radicales des données énergétiques européennes constituent un ingrédient essentiel pour permettre aux décideurs politiques de piloter une transition énergétique réussie et équitable.

Le principal défi de Letta était de relancer ce qui est souvent perçu comme un programme ennuyeux et de démontrer que – avec une réforme appropriée – le marché unique reste le meilleur atout de l'Europe pour naviguer dans les eaux turbulentes de l'économie mondiale. Le rapport fournit des conseils opportuns et essentiels à un moment critique pour l’Europe. Les dirigeants disposent désormais d’un plan pour façonner le futur agenda stratégique de l’UE et ils devraient l’utiliser, en commençant par le secteur de l’énergie.

Vous pourriez également aimer...