Les fonds du plan de sauvetage américain peuvent relancer les opportunités bloquées pour les jeunes

En investissant dans des programmes qui aident les jeunes à s’engager dans l’éducation et le développement de carrière, nous pouvons transformer le marché du travail pour le mieux.


Le plan de sauvetage américain (ARP) de 1,9 billion de dollars est peut-être entré dans la conscience nationale et en est rapidement sorti il ​​y a six mois, mais ses effets ne font que commencer à se faire sentir au niveau de l’État et au niveau local. Le plan de sauvetage a alloué 330 milliards de dollars pour soutenir la reprise budgétaire des États et des collectivités locales, le premier déboursé étant publié en mai 2021 et le second d’ici mai 2022. Les dirigeants des États et locaux travaillent en temps réel pour déployer ces dollars pour stabiliser leurs budgets et répondre à COVID. -des perturbations induites.

Les dollars du Plan de sauvetage américain et d’autres investissements fédéraux offrent la possibilité de perturber les schémas établis de longue date de ceux qui réussissent dans leurs études et sur le marché du travail, et ceux qui ne réussissent pas. Nous ne devrions pas perdre cette opportunité.

De par leur conception, les dollars ARP sont très flexibles et les dirigeants ont de nombreuses exigences vis-à-vis de leurs budgets. Nous soutenons qu’investir dans les opportunités d’éducation et de carrière pour les jeunes adultes est un pari intelligent sur l’avenir. COVID-19 a bouleversé deux grandes institutions qui façonnent la vie et les premières voies des jeunes – l’éducation et le marché du travail – avec des effets potentiellement désastreux. Sans réponses politiques ciblées, les jeunes peuvent subir des conséquences à long terme, en particulier ceux dont les liens avec l’école et le travail étaient déjà ténus. L’exclusion sociale et les inégalités à une telle échelle menaceront gravement la cohésion sociale et le bien-être de la communauté.

Les dollars ARP et d’autres investissements fédéraux offrent la possibilité de perturber les schémas établis de longue date de ceux qui réussissent dans leurs études et sur le marché du travail, et ceux qui ne réussissent pas. Nous ne devrions pas perdre cette opportunité.

D’une maladie chronique à une crise aiguë

Le chemin de l’école secondaire aux études postsecondaires jusqu’à un bon emploi a longtemps été davantage un parcours du combattant. Avant la pandémie, des millions de jeunes adultes ont parcouru à vélo les études postsecondaires, le chômage et les emplois à bas salaire sans gagner du terrain. Plus de 4 millions de jeunes âgés de 16 à 24 ans n’étaient pas scolarisés et sans travail, et 7 autres millions occupaient des emplois à bas salaire avec des chances d’avancement relativement faibles. Seuls 60 % des étudiants inscrits à un programme de deux ou quatre ans ont obtenu un diplôme en six ans, ce qui a incité certains chercheurs à décrire les étudiants entrants comme étant confrontés à des « chances de réussite à tout prix ». Et le problème ne se résout pas avec le temps : plus de jeunes sont déconnectés de l’école et du travail à 20 et 26 ans qu’à 18 ans.

Avance rapide vers la crise actuelle du COVID-19 : le chômage des 16-24 ans reste à 9,9% en août 2021, considérablement plus élevé que le taux de chômage global de 5,2%. Jusqu’à un jeune adulte sur trois, soit plus de 10 millions de personnes au total, pourrait désormais être sans travail et ne pas aller à l’école. Les inscriptions au collège de premier cycle ont chuté de 3,6 % à l’automne 2020 et de 5 % supplémentaires au printemps, les baisses les plus importantes depuis des années. Une enquête Strada auprès de récents diplômés du secondaire suggère que de nombreux jeunes adultes ressentent des niveaux accablants d’incertitude, d’anxiété et de confusion quant à leur avenir et ne savent pas comment prendre des décisions judicieuses concernant leurs études ou leur carrière.

Les dollars ARP peuvent construire des garde-corps plus solides

Avec le financement fédéral ARP, les États et les localités ont une occasion unique de contrer ces tendances en créant plus de voies vers des opportunités et des emplois de qualité. ARP fournit un financement de 220 milliards de dollars aux États et de 130 milliards de dollars aux villes et aux comtés via les fonds de redressement budgétaire des États et locaux du département du Trésor.

Une ville, un comté ou un État donné pourrait raisonnablement choisir diverses stratégies visant largement 1) à aider les jeunes à s’inscrire et à terminer des études ou une formation postsecondaires, et 2) à offrir aux jeunes des expériences de travail rémunérées associées à une orientation professionnelle et à un développement des compétences. La conception et la mise en œuvre du programme détermineront si ces initiatives ont un impact à long terme ou représentent un sursaut d’activité qui s’estompera dans un an ou deux.

Pour garantir un impact durable, nous recommandons que les initiatives politiques intègrent les principes suivants :

  • Définissez votre population
  • Investir dans les actifs locaux
  • Personnalisez-le

Définissez votre population. « Jeunes » est souvent un terme trop large : un jeune de 19 ans à quelques crédits d’un diplôme d’études secondaires aura besoin d’une intervention différente de celle d’un jeune de 19 ans qui a quitté l’école en 10e année, et les deux auront besoin une intervention différente de celle d’un jeune de 23 ans avec un diplôme d’études secondaires et un emploi à bas salaire. Certains jeunes adultes sortent des systèmes de protection de l’enfance ou de justice pour mineurs, certains n’ont pas accès à un logement stable et certains sont eux-mêmes parents. Certains ont déjà été inscrits à l’université mais sont partis pour des raisons financières ou autres et peuvent avoir des dettes d’études.

Les données nationales et régionales peuvent identifier les points clés où les jeunes se désengagent de l’éducation et la taille relative des différents sous-groupes. Ensuite, il est temps pour les appels de jugement. Évaluez vos données démographiques par rapport aux atouts locaux. Quelle est la meilleure adéquation entre besoin et capacité ? Qu’est-ce qui complète les priorités affichées par les élus et autres dirigeants locaux ?

Investir dans les actifs locaux. Ne partez pas de zéro et ne dupliquez pas. La construction d’un nouveau programme autonome garantit pratiquement une date d’expiration – le programme se terminera à la fin du financement ARP. Au lieu de cela, pensez à ce que les organisations de votre région font déjà. Existe-t-il un réseau local de réengagement ou d’opportunité pour les jeunes possédant une expertise dans la création de parcours pour les jeunes ? Un YouthBuild ou un corps de service et de conservation avec des résultats solides ? Une promesse collégiale ou un programme d’accès au collège? Des programmes de formation professionnelle basés sur une analyse solide du marché du travail avec l’adhésion des employeurs ? Une initiative d’un collège communautaire ou d’une université d’État pour améliorer la rétention et l’obtention du diplôme des étudiants ? Y a-t-il une possibilité de se connecter à des apprentissages enregistrés?

Vérifiez si l’une de ces initiatives existantes pourrait utiliser l’argent ARP pour l’amélioration ou l’expansion. Par exemple, ils pourraient concevoir des services et des partenariats plus solides, mener des exercices de conception centrés sur l’humain pour l’amélioration de la qualité, investir dans des systèmes technologiques pour améliorer la mesure des performances ou combler un certain nombre de lacunes. Investir dans les capacités organisationnelles et programmatiques générera des rendements à long terme.

Rendez-le personnel. La capacité d’établir et de maintenir des relations de soutien avec les jeunes fondées sur la sécurité, la confiance et le respect devrait être une mesure de performance essentielle de tout programme. Des stratégies de sensibilisation et de rétention persistantes et intentionnelles devraient également être intégrées aux structures organisationnelles et aux descriptions de poste du personnel. Que le personnel aide les jeunes à se préparer au GED, à s’inscrire à l’université, à obtenir un bon de garde d’enfants ou à mettre en pratique les compétences d’entretien d’embauche, le succès dépend de leur capacité à développer la confiance et le respect dans leurs interactions avec les jeunes.

Investir dans l’éducation et les opportunités de carrière des jeunes adultes est un pari intelligent sur l’avenir.

Les relations basées sur la confiance sont également importantes pour créer des réseaux sociaux et permettre une navigation professionnelle dans un marché du travail de plus en plus imprévisible. Les navigateurs de carrière peuvent aider les jeunes à comprendre leurs forces et à déterminer comment traduire leurs compétences en professions où ils peuvent s’épanouir. Les programmes peuvent ensuite présenter aux participants des employeurs ou des travailleurs de la région dans leurs secteurs d’intérêt, ce qui peut les aider à créer des réseaux qui les alertent sur les opportunités d’emploi. Un nombre croissant de plates-formes et de services conviviaux basés sur la technologie voient également le jour pour rendre ces soutiens possibles pour encore plus de jeunes.

Pour des millions de jeunes, et de manière disproportionnée ceux qui sont noirs et latinos ou hispaniques, nous avons normalisé le passage du lycée à un emploi dans le secteur des services à bas salaire avec des options d’avancement limitées. Les fonds ARP étatiques et locaux offrent une chance rare de perturber ce modèle et de soutenir les organisations engagées à faire ce travail dans nos communautés. Les opportunités offertes aux jeunes d’aujourd’hui contribueront à la stabilité de nos communautés de demain, et nous devons agir.

Vous pourriez également aimer...